Impressionnisme: petits pinceaux pour des grands peintres

Monet, Degas, Renoir et les autres…

Les Impressionnistes ont changé la façon de percevoir la réalité. Marchant sur la toile avec leurs petites empreintes de couleur, ils nous ont montré la voie d’une nouvelle dimension visuelle en créant parmi les plus importants chefs d’œuvre de l’Histoire de l’Art.

On se demande si les brefs coups de pinceau, les petits points de peinture qui ont rendu le miracle possible, étaient préalablement définis ou bien s’ils s’imposèrent a eux de par la nature de l’œuvre entreprise.

Il faut commencer par le père de l’Impressionnisme: Monet. En regardant de près ses tableaux il est facile de se rendre compte que les traits sont effectues à l’aide d’un petit pinceau.

Ce sont souvent des lignes parallèles ou croisées qui semblent vouloir remplir une zone de la toile en essayant de donner l’impression que la couleur est uniforme. Mais malgré la main ferme, l’habileté de génie, on voit clairement que la surface est constituée de lignes et de points.

Pourquoi ne pas utiliser un pinceaux plus large? Parce que Monet continuait de peindre avec les mêmes pinceaux dont il se servait étant enfant. Il voulait nous transmettre les impressions de son enfance sans artifices et sans préjuger la scène. Les peintres réalistes, dont s’inspirent les impressionniste, mettant en scène des sujets politiques. A l’inverse, les thèmes choisis par les impressionnistes sont illustrés avec beaucoup d’ingénuité et d’insouciance.

Monet conservait son âme tout en ayant la maitrise des années. En ce temps là il fallait grandir vite et il trouva dans les pinceaux qu’il utilisait, un lien, une passerelle vers son enfance révolue. En fait le tableau qui a donné son nom a l’impressionnisme: Impression, Soleil Levant, a été peint au Havre; la ville ou il avait beaucoup de souvenirs d’enfance et adolescence.

Par la suite, les autres impressionnistes aimèrent son style et l’interprétaient à leur envie.

Pour faire un chef d’œuvre point n’est besoin d’un gros pinceau, mais d’un grand peintre.

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon