David: l’ideal parfait de l’homme ou de l’homosexuel?

Le David, rien comme ce travail ne combine le génie et le pragmatisme de Michel-Ange. La création d’Adam dont nous avons parlé il y a quelques semaines traite certainement de sujets importants, mais c’est ici que l’artiste a représenté tout lui-même.

A Vingt-cinq ans, au plus grande de sa forme, il sculpte ce qui a toujours été considéré comme l’idéal de la perfection humaine. Michel-Ange, homosexuel, dans ses œuvres débordant de muscles représente son amour pour le corps masculin. Ici, il semble se sculpter lui même au début d’une bataille difficile. Comme David, qui, selon la Bible défi le géant philistin Goliath qui avait souillé le nom de Dieu, même Michel-Ange sculpte ce bloc précaire de marbre qui avait découragé d’autres sculpteurs avant lui, et il gagna son défi.

Mais nous sommes surs que David haïssait Goliath?

La zone gauche de la statue était si fragile que les experts conseillèrent à Michelangelo de laisser allongé le bloc et de le découper en position horizontale. Représenter ainsi Goliath gisant sur le sol et David debout. Mais le travail n’avait pas pu s’ériger de cette façon en s’imposant sur la Place de la Signoria, et touchant le cœur des Florentins.

Le sculpteur ambitieux leva le bloc verticalement, comme David avait soulevé la pierre mortelle, chargeant le poids sur la jambe droite, renforcé et décoré avec un tronc partant de la base et ainsi il résolva le problème de la stabilité.

Michelangelo fige le temps juste avant le lancer de la pierre. Ce moment de calme suprême avant la tempête. Les deux autres Davids sculptés par Donatello et par Verrocchio sont beaux mais moins efficace que celui de Michelangelo. Les deux statues représentent le garçon après avoir décapité le géant, quand l’énergie vitale de l’action était déjà épuisée.

 Donatello et Verrocchio nous font spectateurs, tandis que Michel-Ange choisi le moment le plus important de l’action pour nous le faire vivre en tant que protagoniste. L’œil de son David est pur, concentré, conscient de l’importance de sa tâche parce qu’il est un émissaire du Seigneur, mais sûr du succès, car protégé par Dieu. C’est là que Michel-Ange a perfectionné la technique des yeux excavé, des réceptacles creux pour une plus grande expressivité.

Contrairement aux autres Davids, Goliath n’est pas là. L’auteur laisse imaginer que l’apparence et la taille de Goliath se reflète dans les yeux du David.

Mais est ce que il y a un sens encore plus profond caché dans ces yeux que Michel-Ange a pris la peine de creuser?

La sculpture a été appelé Le géant, non seulement en raison de la taille du bloc de marbre.

À cet égard, et pour répondre aux questions ci-dessus, on s’en pose une autre plus pressante: Sommes-nous vraiment sûr que Goliath est absent de la scène?

Nous l’avons toujours cru, jusqu’à notre dernière visite à la Galerie de l’Académie à Florence, où David est exposé. Une inspection minutieuse du travail nous a permis de formuler une autre interprétation. Michel-Ange, magicien des détails cachés, a dissimulés quelque chose à un endroit de la sculpture qui est souvent négligé: l’arrière.

 Peut-être Goliath, physiquement absent, est présent dans le cœur de David, ainsi que sur un autre point. Nous n’aurions jamais avancé cette hypothèse, si nous n’avions pas découvert ca:

 

Un G sculpté sur la fesse de David.

Une photo révélatrice, parce que, croyez-le ou non, la lettre est invisible sous d’autres angles.

 

 

 

On dirait un G comme Goliath. Parfois, le devoir contraste avec ce que notre cœur nous dit. David aime Goliath d’un amour impossible, étant donné les priorités de la guerre. Le juif voulait laisser des traces de son bien-aimée au point crucial de son corps, le plus affecté par le géant.

Et les célèbres grandes mains? Beaucoup affirment qu’elles symbolisent la grande force de l’esprit du petit homme, et l’activité à travers laquelle la raison est exprimée. Et si la raison était moins symbolique, et plus prosaïque? Si elles étaient une nécessité pour David de rivaliser avec la taille de Goliath, pour venir satisfaire son partenaire?

 

Nous nous rendons compte que notre théorie semble audacieuse, mais justifié par les nombreuses pièces du puzzle qui, vus sous cet angle, s’intègrent parfaitement.

La fronde. Qu’en est-il de la fronde qui ressemble à un de ces fouets utilisés dans certains jeux érotiques? De même, la tête surdimensionnée de David. Celle de Goliath, présente dans les autres sculpteurs, est absente ici. Ou plutôt contenue. Dans la grosse tête de David, qui peut se rapprocher de la taille de celle de Goliath. Peut être que l’auteur veut rapprocher dans ce détail les deux amants séparés par le destin?

Dans cette nouvelle lumière, dans les yeux de David pénétrant et pénétré, il y a bien plus que de la simple concentration. Il y a aussi l’angoisse, le dilemme: renoncer à la bataille avec son bien-aimé et désobéir à la volonté de Dieu, ou de le tuer et gagner la gloire éternelle? Utilisez le fouet comme un moyen de plaisir ou comme une arme? Choix difficile, conditionné par un amour particulier. Ce G tatoué sur son cœur, doit être annulé dans le moment de vérité, pour ne pas entraver l’acte de la vengeance divine. Mais il ne peut pas disparaître complètement et reste imprimé, visible que sous un certain angle, insaisissable comme un regard. Il est frappé par une vision qui apparaît  un centième de seconde, puis disparaît, mais parvient cependant à affecter le marbre dur.

 

 Michelangelo aimé David comme symbole de l’homme et de l’homosexualité. Il choisit ce bloc de marbre fragile sur son côté gauche, en souhaitent que le cœur dedans était fragile aussi. Mais resta de la pierre froide.

Donc la sculpture forge l’âme du sculpteur, et avec ses ciseaux de pierre frappe le cœur de Michel-Ange, que explose dans un amour éternel et impossible.

 

 

FacebookTwitterPinterestGoogle +Stumbleupon